Couleur : Blanc

Il semble que la racine étymologique du mot « blanc » soit d’origine germanique. Il s’agirait de « blank » qui signifiait « brillant, clair, luisant ».

Le blanc est la couleur de la lumière, de l’unité. Elle est unité car elle est la seule à réfléchir tous les rayons lumineux. Elle contient toutes les autres couleurs.

 

C’est une couleur de passage :

  • passage du matin avec l’aube
  • passage du soir avec le couchant

Le blanc du matin et le blanc du soir sont vides, suspendus entre absence et présence, entre lune et soleil. Toute naissance est donc renaissance.

 

Le blanc symbolise la pureté, donc la virginité (la robe de la mariée) mais aussi l’innocence (l’enfant que l’on baptise est vêtu de blanc).
De même pour les enterrements, les enfants sont conduits en terre sous un suaire blanc.

mariee_avancant

Le blanc est en rapport avec le noir, formant avec lui les deux extrêmes de l’existence, comme dans le symbole du tao.

Le blanc était couleur de deuil à la cour de France jusqu’à la fin du XVIIe siècle.

Les Blancs sont monarchistes lors de la Révolution, par opposition aux Bleus, qui sont républicains.

Dans la Rome antique, les candidats aux élections s’habillent de blanc, d’où ils tirent d’ailleurs leur nom, « candidus » signifiant « blanc » en latin.

Selon le canon esthétique de la Renaissance, la dame doit posséder trois choses blanches : la peau, les mains, les dents.

En Inde, le blanc est associé aux rites funéraires.

Pour les Égyptiens, la couleur blanche était le symbole de la joie et du faste. Elle rappelle la couleur de l’aurore, la lumière qui triomphe de l’obscurité. Elle représente également l’argent dont les os des dieux sont faits.

Le blanc du baptisé ou du premier communiant le désigne comme affranchi du péché et élu de Dieu.

Pareillement, le pèlerin en route vers la Mecque revêt l’ihram blanc pour se sacraliser.

Le blanc représente aussi la sagesse, il s’identifie avec la lumière intérieure dans beaucoup de religions.


Expressions utilisant le terme « blanc »

    – Être blanc comme un cachet d’aspirine : en général, à cause d’une maladie ou une peur.
    – De but en blanc : brusquement.
    – les hommes en blancs : les chirurgiens, les médecins.
    – Un mariage blanc : non consommé.
    – Être blanc comme neige : être innocent.
    – Une oie blanche : jeune fille sans malice
    – Blanchir de l’argent : faire subir à celui-ci une série d’opérations à la suite desquelles son origine frauduleuse, illégale, n’est plus connue.

About the Author