Couleur : Bleu

vagues_arrivant_sur_plage_01Qu’il soit aérien ou océanique, le bleu évoque de vastes espaces calmes et sereins. Le bleu possède de grandes vertus : il est calme, apaisant, pacifique. Mais il a aussi un côté plus dynamique, puisqu’il favorise la créativité et l’inspiration.

Le bleu est avant tout une couleur relaxante. Il favorise la détente physique et mentale et procure un sentiment de sécurité et de confiance.

Le bleu pâle favorise la créativité.
Le turquoise semble faciliter la communication.
Le bleu foncé favorise un sommeil profond et paisible

bleus

Dans la bible, le drap étendu sur l’Arche d’Alliance, par Aaron et ses fils, est entièrement d’étoffe bleue.

Au Moyen-Age, le lapis-lazuli, pigment bleu par excellence pour les enlumineurs, était aussi précieux, sinon plus que l’or. C’est pourquoi, il était réservé aux représentations du manteau de la Vierge.

Dans l’Antiquité gréco-romaine, le bleu est associé à Zeus (Jupiter à Rome), ainsi qu’à Héra (Junon), déesse de la féminité.

Chez les Aztèques, le bleu des turquoises était à la fois signe de sécheresse et d’incendie; c’est aussi la pierre qui ornait la déesse du renouveau et la pierre que l’on mettait à la place du coeur d’un prince mort avant de l’incinérer.

Dans le bouddhisme tibétain, le bleu est la couleur de la sagesse transcendante et de la vacuité qui ouvre la voie de la libération.

En Inde, les dieux mythiques éternels et les démons immortels sont fréquemment représentés avec une tête et un corps bleus.

Dans la mythologie égyptienne, Amon, figure tutélaire de l’Egype, a la peau bleue, car il est le dieu du ciel. Le bleu etait donc une couleur religieuse où il décorait les murs des nécropoles car il représentait la voûte céleste et donc le monde divin.

L’empire romain oppose sa couleur pourpre au bleu, couleur des Barbares Bretons, Celtes et Pictes, qui s’en teignent le corps pour effrayer leurs adversaires.

Chez les germains, le manteau du dieu Odin, dieu de la guerre, est bleu.

Peu valorisé dans la symbolique du haut Moyen Age, le bleu est délaissé tant qu’il reste difficile à produire.
Puis Clovis, converti au christianisme, prend pour blason le lys d’or sur fond bleu azur, couleur de la chape de saint Martin, symbole de pureté, couleur de la bannière lors du couronnement des rois jusqu’à Charles X.
Toutes les grandes familles royales font alors entrer le bleu dans leurs propres armoiries.
En héraldique, l’azur est ainsi signe de justice, d’humilité, de fidélité…
Alors réhabilitée, la couleur bleue représente le royaume de Dieu.
A la fin du Moyen Age, en France, en Allemagne et en Italie, le bleu est ainsi devenu la couleur des rois et des princes, des nobles et des patriciens.

Considéré aussi par la Réforme protestante couleur honnête, couleur du ciel et de l’esprit, le bleu est passé entre le XIIe et le XIVe siècle d’un symbole de puissance à un symbole de moralité.

Triomphant à partir du XVIIIe siècle grâce à la découverte de l’indigo, colorant naturel, le bleu est à la Révolution la couleur la plus fréquente dans les uniformes.

Devenu couleur froide et symbole de propreté, le bleu symbolise au XXe siècle autant l’eau que le ciel.

Le bleu est aussi la couleur du « blues » terme tiré d’une expression américaine qui signifie « idées noires ».


Les expressions

    – Etre fleur bleue : être romantique
    – Avoir les bleus : être mélancolique
    – Avoir du sang bleu : faire partie de la classe noble
    – Une peur bleue : une peur très vive, intense
    – N’y voir que du bleu : se laisser tromper

About the Author