D comme… Diable

diable_avec_tridentLe mot grec « Diabolos » d’où est issu notre diable signifie « le calomniateur », celui qui jette de part et d’autre, qui sépare. Le mot Diabolos ayant été lui-même traduit par les grecs à partir de l’hébreu « sâtan », « l’accusateur » et « hachatân », l’adversaire.

Dans la tradition judaïque, l’un des rôle du « sâtan » étant d’accuser les justes devant le Tribunal de Dieu, pour les grecs « diabolos » était l’accusateur, le calomniateur.

Ce n’est qu’à partir du IXème siècle que le latin « diabolus » a donné « diaule » et « deale » en ancien français, qui a pris le sens de démon.

A partir de ce moment, nous sommes passés de la notion antique d’accusateur public à celle, médiévale puis moderne de démon.

 

pulsation_rouge  On appelle encore les diables démons. Les théologies catholiques et orthodoxes enseignent qu’une partie des anges perdirent leur révolte contre Dieu, tombèrent en enfer et devinrent les diables et démons, obéissant à un chef, le Diable.
Ce thème de la chute des anges est née dans le judaïsme tardif et a été repris par la tradition chrétienne.

combat_demon_contre_angePrésenté comme l’antithèse de Dieu, en tout cas son adversaire, le Diable fut jadis ange de lumière (mot issu du latin « Lucifer » signifiant « porteur de lumière »). Il se voulut l’égal de Dieu et fut vaincu par saint Michel et ses armées. Il se consacra ensuite à la propagation du mal parmi les hommes, son arme absolue étant la tentation.

 

 

pulsation_rouge  Au Moyen-Âge, le Diable prend des apparences diverses : serpent, dragon, crapaud, dieux et déesses antiques, etc…

Le type médiéval le plus courant s’est fixé vers le XIIème siècle : il a une forme humaine, le corps velu avec des pieds de bouc, une queue pointue, une tête cornue et à un trident en main.
Il s’agit là, pour la plupart, d’attributs appartenant au dieu Pan.

Avec la Renaissance, puis l’époque des Lumières, le diable connaît une évolution. Son physique s’améliore et se féminise : il passe du monstre cornu et fourchu aux agréments de la femme tentatrice.

 

pulsation_rouge  Aujourd’hui, le Diable est le symbole de tout ce qu’il y a de plus méchant en l’homme. Il incarne le choix conscient du mal, de la violence et de l’égoïsme.

homme_entre_conscience_bien_et_mal

About the Author